Énergie : Dessous de la volonté allemande de produire l’hydrogène en RDC

Le 12 août 2020, les médias congolais relayaient la volonté des investisseurs allemands de participer au financement de certains projets de la République démocratique du Congo (RDC). L’on cite le secteur ferroviaire, le secteur énergétique avec le projet Grand Inga et surtout, la volonté de produire de l’hydrogène pour son exportation vers les pays de l’Union européenne.

Particulièrement pour l’hydrogène, elle s’inscrit dans une politique énergétique stratégique définie par le gouvernement fédéral allemand. En effet, au cours du mois de juin 2020, suivant la stratégie hydrogène nationale adoptée par le gouvernement fédéral, il est question d’inscrire le pays dans l’énergie verte. Suivant les informations disponibles, « l’hydrogène est considéré comme un produit miracle. Quand il brûle dans un moteur ou une pile à combustible, en ajoutant de l’oxygène, il se transforme en eau », apprend-on de source diplomatique allemande.

Autre avantage, au regard de ses caractéristiques, l’hydrogène est «  facile à stocker, il peut remplacer les combustibles fossiles presque partout : dans les camions, les voitures ou les trains, pour fabriquer de l’acier, du ciment ou des produits chimiques ». Ainsi, dans sa stratégie nationale ou multinationale au sein de l’Union européenne, des acteurs « misent sur un hydrogène vert, tiré d’une énergie renouvelable, et donc climatiquement neutre ».

En se manifestant pour une production à partir de la RDC, les investisseurs allemands savent que leur pays a déjà expérimenté l’usage de l’hydrogène dans ses transports publics. C’était en 2018 avec le lancement de deux premiers trains à hydrogène. Leur performance montre une autonomie sur 1 000 kilomètres. Ce qui a amené, Peter Altmaier, le ministre fédéral de l’Économie à présenter l’hydrogène comme « combustible propre de demain ». Une enveloppe de 9 milliards d’euros du gouvernement fédéral est susceptible de faciliter la recherche et l’amélioration des technologies sans oublier la coopération internationale.

En envisageant la production de l’hydrogène en RDC et son exportation au sein de l’Union européenne, les investisseurs allemands disposent des prévisions sur cette ressource énergétique à la fois pour l’Union européenne que pour l’Allemagne. Il est projeté une construction de 40 000 mégawatts d’électrolyseurs en 2030 en Europe avec quasiment 5 000 mégawatts en Allemagne. Pour répondre à cette demande, l’Allemagne va aussi « subventionner la construction de plateformes à hydrogène dans la mer du Nord, à l’instar des plateformes pétrolières ou gazières actuelles ».

Pierre Nka

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Mittelafrika will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.