Garoua : Camtex Lab au cœur de la capitale du coton

Stratégiques. Incontournables. Personnes ressources. Partisans de la qualité de l’origine Cameroun. Voilà vers qui Camtex Lab, l’incubateur de dernière génération s’est tournée à Garoua, la capitale du coton camerounais.

Du 16 au 20 Janvier 2023, cette étape de terrain, la 4e de la série des Journées Portes Ouvertes entamées le 29 Novembre 2022 à Yaoundé avant Bafoussam et Douala vaut son pesant d’or. C’est la raison pour laquelle, les deux premières journées de travail du 17 et 18 Janvier 2023 ont pour cibles les acteurs de haut niveau.

D’abord les artisans. Leur activité à petite échelle est vitale pour la transformation du coton camerounais. La tendance de 2,5% des plus de 310 000 tonnes est aussi le fait des petites mains aux techniques de transformation rudimentaire. Dans des ateliers en milieu urbain comme dans la zone enclavée de la commune de Pitoa, Camtex Lab avec son équipe s’est déportée.

Les prouesses des artisans dans la confection des tissus généralement utilisés pour les tenues traditionnelles sont dévoilées. Sans toutefois ouvrir la boite du secret artisanal qui se transmet de génération en génération. D’autres participent à des formations de masses dans des centres de fortune ou conventionnel.

Au deuxième jour de sa présence à Garoua, Camtex Lab est  allée chez les ayant-droits du coton. Il s’agit des industriels. La Société de Développement du Coton (Sodecoton) s’est ouverte. Son savoir-faire notamment sa chaine de nettoyage du coton graine en matière première pour le textile et son huilerie n’est plus un secret pour Camtex Lab. Il en est ainsi du potentiel nécessaire à l’installation d’une micro filature sur 2 000 mètres carrée capable d’employer 100 personnes. Cette phase test est en bonne voie et complémentaire aux industriels camerounais.

Pour preuve, c’est vers la CICAM via son usine de Garoua que Camtex Lab a débuté sa journée du 18 Janvier 2023. Pas en posture de concurrent mais comme un acteur complémentaire avec qui la CICAM est susceptible de revitaliser ses chaines de production. En effet, Camtex Lab arrive avec Microspin, sa filature d’un investissement de 1,2 milliards FCFA. 85% garanti sur 15 ans en leasing par le partenaire Indien et 15% par Afriland First Bank. Cette banque camerounaise n’est pas étrangère dans le segment coton puisqu’elle joue un rôle non négligeable dans la santé de la Sodecoton.

La CICAM qui attend l’implémentation de son plan de restructuration a acquis des équipements en 2019. Certains doublent la capacité de production. Mais, la place reste ouverte au partenariat. D’où l’ouverture sans restriction de ses installations de Garoua à Camtex Lab qui y voit le lieu par excellence de l’implantation de son activité qui connaitra une expansion tant en terme d’investissement que d’ouverture de micro filature dans d’autres espaces déjà identifiés par leur avantage compétitif.

Enfin, rendez-vous est pris pour le 19 Janvier 2023 au Centre d’Artisanat de Garoua. C’est le lieu de sélection et d’enregistrement des candidatures des acteurs qui seront logés au sein de Camtex Lab dont l’incubateur permettra l’arrimage aux techniques de production et de rentabilité digne de la politique d’import-substitution inscrite dans l’agenda des autorités publiques camerounaises notamment Paul Biya, président de la République et l’ensemble de son gouvernement qui y consacrent 136 milliards FCFA validés par les deux chambres du Parlement lors de l’adoption de la loi de finances 2023.

Camtex Lab est une stratégie de développement de la filière coton inscrite dans les livres de la GIZ, le partenaire allemand en matière de développement économique au Cameroun. Nous y reviendrons.

Pierre Nka, à Garoua

Partager cette publication

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Mittelafrika will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.