Sygercam 2019 : Le numérique et l’agro-industrie au menu des premières candidatures au Bantou Award

À l’ouverture des premières auditions du Bantou Entrepreneurial Award, lundi 10 décembre 2019, cinq candidats ont présenté leur projet devant le jury et le public réunis à la Chambre d’agriculture de Yaoundé. Chacun à sa manière a tenu à s’attirer les faveurs du jury.

Porteur du projet Dastudy (Candidat N°1)

Le premier candidat était porteur d’une plateforme éducative valorisant les savoirs camerounais et africains. En 10 minutes, il a parlé de sa trouvaille ouverte au public depuis le mois d’avril 2019. Le produit est donc en cours de rodage et pour plus de visibilité, le porteur de projet est à la recherche d’un financement pour booster sa plateforme Dastudy.net.

Projet JAM Alert pour réduire le stress des embouteillages au Cameroun (Candidat N°2)

Après son passage, c’est autour d’un jeune étudiant de l’Ecole nationale supérieure polytechnique de l’université de Yaoundé 1 de prendre le relais. Son projet, encore en laboratoire entend décongestionner la circulation dans les artères de Yaoundé, Douala et Bafoussam, les principales agglomérations de plus de 2 millions d’habitants au Cameroun. Son nom JAM Alert permettra à terme de gagner en temps, à limiter la pollution par une réduction substantielle des embouteillages.

Projet Chips de plantains enrichis à la betterave (Candidat N°3)

Le troisième candidat produit déjà des chips de plantain enrichis à la betterave. Ce duo de promoteur espère tirer avantage du Sygercam 2019 pour sortir de la production à domicile et trouver un lieu d’implantation de leur usine. Bien plus, il pense à la création de plantations pour assurer la disponibilité des matières premières 100% tirées du terroir camerounais.  

Projet de production de l’aliment pour poisson à base de farine d’asticots (Candidat N°4)

Un autre groupe de porteurs de projet était constitué de jeunes dames. Dans leur cerveau trotte l’idée de produire des aliments pour poissons d’eau douce (Tilapia, silure et carpe). Il s’agit de partir d’un recyclage des déchets ménagers afin de produire des asticots dont la farine servira à nourrir le poisson. C’est la forte teneur en protéine de ces asticots qui attirent les deux jeunes dames vers l’élevage de poisson, un secteur qui perd en devises à cause de l’absence d’une véritable industrie locale de production de l’aliment pour les carpes, tilapia et silure, de plus en plus prisés par les ménages.

Projet pesticides biologiques (Candidat N°5)

Le dernier projet présenté le 9 décembre 2019 au lancement de la 3ième édition du Sygercam est dans sa phase d’expérimentation et de commercialisation. Il consiste en la production de pesticides biologiques au Cameroun afin d’encourager la consommation de produits sains dans les ménages. Déjà en phase test et en collaboration avec le ministère camerounais chargé de la recherche scientifique, le porteur de projet espère réduire les prix de ses pesticides afin de faire face à la rude concurrence dans ce secteur.

Les porteurs de projets sont à la recherche d’un appui de plus de 3 millions FCFA mis à disposition par les organisateurs du Sygercam. Bien plus, un cluster sera créé afin d’encadrer et rechercher de nouveaux financements pour les projets qui figureront dans le Top 10 au terme des Bantou Entrepreneurial Award qui s’achève jeudi 12 décembre 2019 par la remise des prix.

Pierre Nka

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Mittelafrika will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.