Symposium International de Yaoundé : Ce que signifie 1989 en Allemagne

Au cours du Symposium international de Yaoundé du 14 au 15 novembre 2019, sur le thème « 1989 et la chute du mur de Berlin comme évènement mondial : un regard rétrospectif à partir de l’Afrique », le Prof. Dr. Matthias Middell (en image) venu de l’université de Leipzig a entretenu les participants sur le thème « Débat autour de la signification de 1989 en Allemagne ».

Au Centre pour la Coopération Scientifique entre l’Afrique et l’Allemagne (DAW Centre), l’intervenant a rappelé que 200 manifestations ont été organisées pour le trentenaire de la chute du mur de Berlin en 2019 dans le cadre d’une Fondation privée et d’autres manifestations ont eu lieu à l’étranger à l’initiative du ministère fédéral des affaires étrangères.

Avant de rentrer dans le détail de l’édition 2019, il faut d’abord remonter à 1999. A l’occasion de la première décennie de la chute du mur de Berlin, il est convenu de dire que cet évènement peut être appréhendé à la fois comme « un tournant et une révolution ».  Au départ, l’opinion publique recherchait la justice, au final c’est l’État de droit qui a émergé, renseigne le Prof. Dr Matthias Middell le 15 novembre 2019 à Yaoundé.

En 2009, les commémorations des 20 ans de la chute du mur de Berlin ont célébré les figures historiques comme Helmut Kohl et Gorbatchev. Par l’action de ces hommes d’État, l’on est arrivé à percevoir la chute du mur de Berlin comme une sorte de « Révolution sur la scène internationale ». 1989 à l’échelle globale ce n’est pas seulement la chute du mur, l’effondrement de l’Union des Républiques soviétiques et socialistes (URSS), c’est aussi l’Afrique du Sud, le Benin ou encore Salvador même s’il faut reconnaître une transformation narrative douloureuse en Europe de l’Est.

Au moment de la célébration des 30 ans de la chute du mur de Berlin en 2019, le constat est que les acteurs de 1989 sont moins visibles, constate Prof. Dr Matthias Middell. En lieu et place d’un monument de la liberté à ériger, l’opinion allemande est favorable à un monument de l’unification du pays.

Bien plus, à y regarder de près, l’on peut s’apercevoir que l’année 1989 en Chine est marquée par une prospérité économique mais pas de liberté. En Allemagne, le bilan de la privatisation des entreprises de la République démocratique d’Allemagne est très vivement critiqué par une partie de la classe politique. Le parti AfD pense par exemple qu’il y avait une alternative à la décision prise en 1989.

Pierre Nka

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

There was an error while trying to send your request. Please try again.

Mittelafrika will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.